Discours des élèves de la première L pour la Cérémonie Commémorative du 11 Novembre 2017.

vendredi 22 décembre 2017
par  Etienne Brunet

Pour célébrer le 11 novembre 2017, les élèves de première L de Mme Lorin ont décidé de travailler en cours d’histoire pour retrouver les noms et les informations sur les 33 anciens élèves du lycée morts pour la France en 1917.

………………………………………………………………………………………………………………………….

Par la suite, ils ont pu écrire ce discours que nous souhaitons vous faire partager.

…………………………………………………………………………………………………………………………

«  J’aurais pu m’appeler Jean, Joseph ou bien Louis. J’aurais pu avoir 18, 19 ou 20 ans. J’ai foulé les mêmes graviers que vous, ai connu les mêmes bâtiments, me suis trouvé dans cette cour, où vous vous tenez actuellement. »

………………………………………………………………………………………………………………………..

PNG - 447.6 ko

………………………………………………………………………………………………………………………..

« Et puis, un jour, on a placardé au mur ce document : « mobilisation générale ». Comment aurais-je pu deviner qu’un simple papier m’enverrait dans ce qui allait s’apparenter à un enfer sur Terre ? On m’a mis un fusil dans les mains. C’était un honneur pour moi que de partir combattre pour ce pays qui m’avait vu naitre. Je quittais le cocon familial, je reviendrais du front plus fort et assagi. »

« Aujourd’hui, cela fait trois ans que je suis parti. L’an 1917 est rude. Je combats dans l’Aisne au Chemin des Dames. Le ras le bol est général. Certains se mutilent, d’autres se révoltent, désobéissent et moi je me bats. Je connais la sentence : mourir condamné me fais trop peur. Je veux juste rentrer, retrouver les miens. Mais ma permission est dans trois mois, et pour l’heure nous partons au front, sous la pluie, dans le froid et la boue. »

………………………………………………………………………………………………………………………..

PNG - 320.5 ko

………………………………………………………………………………………………………………………..

« L’assaut est lancé. On doit sortir et courir, éviter les balles, les obus. Cela, je l’ai déjà fait. J’ai esquivé la mort des centaines de fois. Autour de moi, des explosions, du feu, des camarades qui meurent. »

………………………………………………………………………………………………………………………..
Texte : Anne-Laure, Badis, Jeanne, Marine et Salomé. Dessin de Felice