Musées

mercredi 18 février 2009
par  Marie-Line Bouhatous

Un article écrit par Etienne Brunet

National Gallery

Nous avons eu la chance de pouvoir passer un grand moment à la National Gallery, à la découverte des plus belles peintures de l’art occidental.
Chacun étant muni d’un plan avec des reproductions des œuvres à voir et d’une fiche pédagogique ; la chasse au chef-d’œuvre pouvait commencer. La visite était divisée en deux, selon deux thèmes : les chefs-d’œuvre du musée et un parcours autour du thème du paysage.

Première partie : Les chefs-d’œuvre :
Nous avons commencé par l’Aile Sainsbury, où se trouvent les plus anciennes peintures du musée, qui sont accrochées selon un parcours chronologique et avons pu constater rapidement que malheureusement plusieurs oeuvres n’étaient pas visibles. Le Portrait de Giovanni Arnolfini et de son épouse, de Jan Van Eyck, Le Pape Jules II de
Raphaël et le Portrait de Jean de Dinteville et Georges de Seve (Les Ambassadeurs) de
Hans Holbein le Jeune étaient présentés dans une autre exposition. Heureusement d’autres toiles étaient bien présentes : comme La Vierge aux rochers de Léonard de Vinci qui nous permettait d’étudier la perspective atmosphérique, ou Le baptême du Christ de Piero della Francesca et La Bataille de San Romano de Paolo Uccello premières recherches pour représenter l’espace en perspective.

Nous avons continué notre visite par l’Aile Ouest, pour voir la peinture de 1500 à 1600, où sont présentées la peinture italienne et la peinture de l’Europe du Nord. Nous avons vu
La Mise au tombeau de Michel-Ange et La Plainte de Cupidon à Venus de Lucas Cranach l’Ancien, et avons pu étudier différentes représentations du corps et de l’espace.

Nous avons enfin terminé cette première partie de visite par l’Aile Nord où se trouve La Cène à Emmaüs du Caravage.

Deuxième partie : Le Paysage, d’abord considéré comme genre mineur, par rapport aux œuvres des genres majeurs comme les scènes historiques, il allait considérablement évoluer pour être reconnu comme un genre porteur de modernité. Les oeuvres de la National Gallery nous permettaient de comprendre cette évolution…

Grâce à différentes oeuvres du Lorrain, nous avons pu voir des paysages classiques qui sont plus que des paysages, puisqu’ils comportent des éléments historiques qui les rendent remarquables. Les tableaux sont construits par des grandes lignes sous-jacentes, avec de nombreux plans comme dans un décor de théâtre pour transformer la peinture en scène de théâtre où se déroulent de nombreux événements d’une même histoire. Comme Le Lorrain vivait à Rome, nous avons compris qu’il se rendait dans la campagne pour chercher des motifs qui lui servaient par la suite dans ses compositions. À l’époque comme les architectures étaient plus basses qu’aujourd’hui, celles de Rome paraissaient immenses et laissaient rêver avec nostalgie à un âge d’or représenté par la douce lumière. Ces tableaux très appréciés des Anglais étaient souvent leur seule vision de l’Italie, alors très loin géographiquement.

Dans l’Aile Est, où est présentée la peinture de 1700 à 1900, nous avons pu voir
deux des tableaux les plus célèbres de l’art anglais : Le contrat de mariage de William Hogarth et M.et Mme Andrews de Thomas Gainsbourough et nous avons pu faire la différence entre un portrait satirique et une scène sérieuse.

Nous avons continué notre parcours sur le paysage avec La charrette de foin de John Constable et Pluie, vapeur, vitesse de William Turner, dont les ciels ont influencé les artistes français.
Nous avons terminé notre visite par les impressionnistes avec Claude Monet, qui s’était rendu en Angleterre en 1870. Nous avons vu Les Baigneurs à la Grenouillère (1869), peinture en plein air, La Tamise en aval de Westminster, La plage de Trouville (1870) et Le bassin aux nymphéas (1890)…
Une dernière toile retenait notre attention : le célèbre tableau pointilliste de Georges – Pierre Seurat, Une baignade à Asnières.

Quelques travaux d’élèves

Les élèves après la visite de la National Gallery

British Museum

Nous avons eu la chance de passer un grand moment au British Museum à la découverte d’une des plus belles collections d’œuvres d’art au monde… Ici notre visite s’est déroulée en trois temps : l’étude de la Pierre de Rosette, des sculptures du Parthénon, puis une découverte libre du musée avec une recherche à faire en anglais.

La Pierre de Rosette : gravée en 196 avant J.C. fut trouvée dans le delta du Nil en 1799. C’est un décret royal qui est rédigé en trois langues. Nous devions par des croquis retrouver le Grec, les Hiéroglyphes égyptiens et le Démotique, chercher qui utilisait ces différentes écritures et comprendre quel avait pu être le travail de Champollion.

Pour les sculptures du Parthénon d’Athènes par Phidias (448-432 av J.C.) Duveen Gallery, nous devions tout d’abord nous souvenir des différences entre frise, métopes et triglyphes avec des croquis et des définitions, puis grâce aux textes en anglais comprendre comment ces marbres étaient arrivés en Angleterre et ce qu’ils représentaient : le Combat des Lapithes et des Centaures. Nous avons profité enfin de ces belles salles pour voir aussi : La Tête du cheval du Quadrige de Séléné et une cariatide.

Pour terminer, nous pouvions visiter librement le reste du musée. Nous devions choisir une œuvre qui traitait de la musique, en faire un croquis, puis la décrire et l’analyser plastiquement en anglais en utilisant des termes proposés sur une liste de vocabulaire.

Type d’œuvre : type of work
Peinture : painting
Sculpture : sculpture
Sculpture sur bois : wood carving
Dessin :drawing
Estampe : print
Technique : technical
Peinture : painting
Matériaux : materials
Bois : wood
Bronze : bronze
Matériaux nobles : noble materials
Matériaux pauvres : plain materials
Objets du quotidien : everyday life objects
Taille : size
Echelle : scale
Format horizontal : horizontal format
Format vertical : vertical format
Sujet : subject
Abstrait : abstract
Figuratif : figurative
Réaliste : realistic
Lumières : lights
Clair-obscur : chiaroscuro
Valeurs : values
Ombres : shadows
Les couleurs : colours
Chaudes : warm colours
Froides : cold/ cool colours
Pures : clear/ pure colours
Vives : bright/ vivid
Complémentaires : complementary colours
Uniformes : unchanging
Dégradés : colours that shade off gradation
Monochrome : monochromatic
Les lignes : lines
Contours : outlines
Epaisseur : layer/ thick
Nerveuses : vigorous/energetic
Légères : light
Empâtement : impasto/ thickening
Glacis : a glazing
Lavis : wash-paint/ wash-drawing
Coulures : runnings Organisation de la composition : layout
Symétrie : symmetry
Chaos : chaos
Différents plans : various/ successive grounds
Premier plan : foreground
Plan intermédiaire : middle ground
Arrière-plan : backgroundPerspective conique : conic perspective
Perspective cavalière : isometric perspective
Superposition : superimposition
Bande : a strip
Rythme : rhythm

Les élèves après la visite du British Museum

The Courtauld Institute

Belle matinée et belle découverte pour ce musée situé dans un très beau palais : La Somerset House où sont présentées des toiles célèbres comme Un bar aux Folies Bergères (1881) d’Edouard Manet ou l’Autoportrait à l’oreille coupée de Vincent Van Gogh (1889)…
Après avoir profité de l’architecture extérieure du lieu, qui nous rappelait les villas inventées par Le Lorrain pour ses toiles vues la veille à la National Gallery, nous avons pu commencer notre découverte. Un premier groupe suivait une partie de la visite en anglais, alors que le second devait faire une recherche sur les techniques picturales et remplir un tableau.

Nous avons, pour commencer, pu trouver des « aplats » dans des peintures du Moyen Age ou des « glacis » dans un paysage de Pierre Bruegel.
Puis arrivé à l’étage des toiles impressionnistes, nous avons du distinguer un « mélange matériel » réalisé par Camille Pissarro pour peindre l’herbe de Lordship Lane Station (1871), d’un « mélange optique » par Claude Monet pour les arbres du tableau Antibes (1888), et faire la différence entre une « touche mixte » par Claude Monet pour Effet d’automne, Argenteuil (1873) et des touches en « tons divisés » par des artistes divisionnistes comme Georges Pierre Seurat dans La jeune femme se poudrant (1888). Nous avons enfin, étudié les empâtements de Van Gogh et recherché les caractéristiques des toiles japonistes.

Nous avons été attentifs à la présentation des œuvres sur les murs de couleurs typiquement anglaises, et avons apprécié l’atmosphère du lieu, qui nous encourageait à poursuivre nos découvertes, jusqu’à l’étage des œuvres plus abstraites…

Une fiche pédagogique

Travail de croquis dans la cour de Somerset House

Tate Modern

Pour visiter la Tate Modern nous avions prévu de travailler l’art anglais et américain, et nous pensions que les œuvres de la collection visibles sur le catalogue et sur le site internet du musée seraient présentées… Erreur fatale ! La Tate proposait un accrochage étrange de toiles et de dessins (difficiles) autour des thèmes du surréalisme et du mouvement Dada ! … et même avec cette proposition d’exposition, il manquait, la célèbre Fountain de Marcel Duchamp et le Lobster Telephone de Salvador Dali.
Comme il n’y avait pas les œuvres de Lucian Freud, de David Hockney, de Richard Long, de Gilbert and Georges, d’ Henry Moore, de Tony Cragg, de Rachel Whiteread, de Damien Hirst…ou même d’ Andy Wahrol, la visite fut donc très difficile tant du point de vue pratique que culturel !
Heureusement, nous avons quand même pu voir une toile ( !) de Francis Bacon, un dripping de Jackson Pollock, une sculpture de Brancusi, des œuvres minimalistes, une peinture de Roy Lichtenstein et nous avons profité du lieu et de son environnement au bord de la Tamise. Nous avons aussi pu découvrir des travaux de Schütte (ensuite présentés au Magasin de Grenoble) et des photos de Thomas Demand.


Agenda

<<

2016

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Météo

Grenoble, 38, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>